Loading...

Préambule

Présentation personnelle

Mon nom est Bruno Rafael Gonçalves Ramos, je suis Portugais, j’ai 27 ans et je suis diplômé en œnologie de l'Université de Trás-Os-Montes et Alto Douro (UTAD) depuis 2010. Mon expérience dans le domaine de l’œnologie comprend onze stages de vendanges dans six pays sur quatre continents : Portugal, Argentine, Australie, Etats-Unis, Afrique du Sud et France. Durant les stages, j’ai effectué le suivi des fermentations et des vins finis, en cave. Mes stages ont eu une durée de trois à quatre mois. (Figure n°1).

Au delà de cette brève présentation, je considère qu’il est important, dans le cadre du thème de cette thèse, d’en dire un peu plus sur moi et sur mon cheminement personnel.

Quand j’étais petit, j’avais l'habitude d’accompagner mes grands-parents sur le domaine, situé près de Setúbal, où la famille avait une petite exploitation agricole qui regroupait la production d'une grande variété de cultures agricoles, allant de divers végétaux, aux fruits et légumes, en passant par l’élevage de bétail (bovin et porcin). Depuis mes six ans, j’ai le souvenir d’avoir aidé mes grands-parents dans la cueillette des fruits, le semis et, bien évidemment, dans la «vie» sur l’exploitation, de manger un fruit directement de l'arbre ou fraîchement coupé. Je me souviens avec une joie particulière, de certaines saveurs éprouvées, comme par exemple, avec les oranges. Ayant passé une grande partie de mon enfance à la ferme, j’ai un peu appris “l'art de cultiver les champs”.

On m'a appris à percevoir l'influence des phases de la lune dans les plantations, quelle était l’alimentation de chaque animal, comment identifier la maturité d’un fruit, quel était le moment idéal pour effectuer la taille, comment planter les fraisiers, parmi tant d'autres connaissances que j’ai acquises jusqu'à l'âge de 18 ans. Ce fut, sans aucun doute, l'une des meilleures expériences de vie que j’ai eu. Une école où les enseignants, au delà des connaissances, transmettaient également leur amour et leur respect pour la nature.

Le premier souvenir qui me lie au monde du vin survient au cours de la production de vin «maison», j’avais 14 ans. Je me souviens de cueillir les raisins de la vigne avec ma grand-mère, en prenant soin de ne pas me blesser ou couper malencontreusement le cep, d’aider mon grand-père à fouler les raisins en fermentation, pour une plus grande extraction pelliculaire, de voir le degré probable d'alcool que le vin allait acquérir, mais aussi observer mon grand-père faire les dégustations du vin directement de la barrique jusqu'à ce que celui-ci soit prêt à être partager avec la famille et les amis.

Section Suivante »