Loading...

Préambule

Parcours

J’avais 16 ans, lorsque j’ai découvert la profession d’œnologue. La passion pour cet art m’a fait intégrer l'Université de Tras-os-Montes et Alto Douro, là où est proposé le seul cursus qui forme les œnologues au Portugal.

J’ai commencé mes stages de vendanges, un an avant d'entrer à l'Université, ce qui a contribué à augmenter mon intérêt pour cette activité. Tous les stages représentaient un nouveau défi, une nouvelle formation, qui venaient compléter la connaissance théorique. Les différents stages de vendanges que j’ai effectués dans le pays m'ont permis d'apprendre à connaître les différentes régions viticoles et d’engranger le savoir et l'expérience du travail dans chacune des différentes caves. Cependant, j’avais en moi l'ambition d'aller plus loin et de découvrir d'autres réalités du domaine viticole. J’aspirais déjà à connaître d'autres parties du monde, me rendre compte de ce qui se faisait de différent, et comment ces différences pouvaient être capitalisées.

Ma première aventure de travail et étude hors du Portugal est survenue en 2009, en Argentine, une expérience que je n’oublierai jamais, dont je garde de bons souvenirs, et qui m'a fait réaliser que je ne pouvais pas me limiter qu’à seulement deux pays. Je voulais rencontrer d'autres personnes qui partagent le même goût et la même profession et ainsi, faire de ce partage une opportunité d'apprentissage réciproque. S’en sont suivis trois ans de voyages, de beaucoup de travail et de mal du pays, mais aussi un partage de connaissances dans des pays comme l'Australie, les États-Unis, l’Afrique du Sud et la France. (Figure n°1). Lorsque je voyageais dans ces pays, j’étais souvent questionné sur comment était notre culture, une culture que beaucoup connaissaient déjà et que d'autres aspiraient à connaître. J’ai senti que je représentais bien le Portugal et les portugais, cela était profondément gratifiant.

« Section Précédente Section Suivante »