Loading...

Préambule

Ma relation avec le Portugal

Ceci est un constat très personnel que je voulais partager et qui part d’une réflexion sur deux réalités auxquelles j’ai été confrontées ; la réalité interne à notre pays et la réalité externe à l’égard du Portugal.

Quand on grandit avec une culture portugaise, il y a toujours un sentiment de faible confiance en soi, soit à titre individuel, soit en tant que région ou pays. La grande majorité des portugais ont tendance à souligner davantage le côté négatif de leur vie plutôt que le positif, accentuant les problèmes.

Avec l'expérience acquise dans les différents pays où je me suis rendu, j’ai démystifié cette vision de ce qui est d’être un portugais et j’ai appris à regarder le Portugal d'une manière plus confiante, valorisant et en appréciant ce que nous avons de singulier et en contribuant à rendre notre «marque», une «marque de qualité». J’admets que cette reconnaissance ou acceptation de la confiance dans le Portugal, n'a été possible que grâce à l'apprentissage acquis de mes rencontres, me permettant de percevoir les choses de manière différente.

Il y a quelques années un homme politique portugais a affirmé que la meilleure bonne option pour les jeunes portugais serait l'émigration, un commentaire qui lui a coûté de vives critiques. L'analyse à ce commentaire démontre le mécontentement des portugais envers leur pays, incapable de conserver ses jeunes diplômés et de leur permettre de se construire un avenir dans le pays. Cette observation est, à mon avis, le résultat de notre culture, mais je propose de l’appréhender différemment.

C’est grâce aux stages de vendanges que j’ai pris conscience du monde et le Master OIV MSc m’a permis de réaliser que les jeunes avec un haut niveau de formation professionnelle au Portugal, n’avaient rien à envier aux autres sur le plan international. La formation nationale requiert un haut niveau d'excellence par rapport à la réalité des autres pays. Bien que l'émigration des jeunes diplômés persiste, pour moi, il est temps de restituer au pays tout ce que j’ai appris quand j’étais à l’étranger. Je suis sûr que la même chose se produira avec d'autres jeunes qui cherchent actuellement une opportunité professionnelle dans d'autres pays.

Je perçois la situation actuelle du pays comme une occasion de faire ressortir nos qualités par l'apprentissage réciproque avec d'autres cultures. Il est possible de constater aujourd’hui, une évolution en termes de qualification des émigrants. Contrairement à l'époque de mes grands-parents, où l'émigration était liée au travail dans le secteur primaire, aujourd'hui, le haut niveau de formation et de professionnalisme, permet de meilleures opportunités d'emploi. Je termine cette brève réflexion sur ce sujet avec la phrase : «Les meilleurs reviendront, en effet, ils apprendront qu’en revenant, ils pourront offrir quelque chose de différent au Portugal et par conséquent évoluer.»

« Section Précédente Section Suivante »