Loading...

Conclusion

Conclusion

En concluant ce mémoire de Master, une certitude émerge : les vins portugais sont encore inconnus pour la plupart des consommateurs du monde entier. En fait, à l'exclusion de l’époque des « Grandes Découvertes », la mondialisation de la consommation de vin n'a pas été accompagné par les vins portugais. Il y a donc un travail important de développement chez les consommateurs internationaux autour de la reconnaissance de l'identité, de l'image et de la qualité des vins nationaux, associés à la fois à la richesse du patrimoine viticole national et à la production de vins de qualité, qu’à la richesse historique et culturelle du pays .

Le Portugal est un pays riche en régions viticoles et avec une forte tradition de consommation de vin, il est donc primordial de faire connaîre le Terroir comme impulseur de positionnement et de valorisation des vins auprès des consommateurs.

Avec une solide stratégie de communication sur les différents marchés mondiaux, les vins portugais pourraient occuper une position de premier plan, surtout quand on sait combien il est facile de reconnaître la bonne qualité en général des vins portugais.

Faire entrer plus de vins nationaux de qualité sur les marchés mondiaux, cela ouvre la voie à la création de tendances de consommation des vins portugais, qui, à en juger par les commentaires positifs de critiques à travers le monde, commence à être une réalité. En effet, c’est un bon début pour la valorisation du capital des marques de vins nationaux.

L’élaboration de cette thèse de Master résulte des différentes expériences engrangées tout au long de ma carrière professionnelle, à la fois nationale et internationale.
Depuis 2013, j’exerce mes fonctions au sein de la Fondation Eugénio de Almeida, cela m'a permis de créer et de renforcer des relations fructueuses avec plusieurs acteurs du marché viticole au Portugal. Je suis convaincu que tous les points que j’expose dans ma thèse pourront aider à surmonter le Challenge pour les vins portugais, cependant, et après deux ans et demi au sein de la « sphère » professionnelle viticole au Portugal, il apparaît clairement que le plus grand défi auquel il faut faire face, se trouve au niveau de la gestion et de l'efficacité des ressources humaines.
Comme j’ai eu l'occasion de le souligner, la Génération Y constitue une grande opportunité de réussite, pour les entreprises portugaises, leur permettant de développer leurs activités économiques en profit de la valeur de leurs marques et / ou services.

En effet, en me basant sur mon expérience, j’ai pu constater que les entreprises portugaises n’étaient pas toujours prêtes à tirer pleinement parti des capacités de la Génération Y, perdant ainsi la possibilité de capitaliser sur la connaissance que cette génération a acquis en très peu de temps, comme par exemple avoir des diffèrent expériences internationaux, et qui peut vraiment constituer un « saut » qualitatif dans la vie de l’entreprise, chaîne de la valeur d'une entreprise (par exemple: http://www.actinnovation.com/innobox/outils-innovation/analyse-chaine-de-valeur) . Il est nécessaire pour les entreprises de prendre en compte les compétences de la Génération Y dans leurs structures et de leur mettre à disposition des outils de responsabilité auxquelles, ils sont en capacité de répondre avec succès.

Pourquoi un jeune ne pourrait-il pas être l’œnologue résident d'une grande Maison ?

Pourquoi un jeune ne pourrait-il pas être responsable de l'exportation de marques valant des millions d'euros ?

Dans ce secteur si complexe, avec des professionnels de différents horizons, je déplore les excessifs niveaux de hiérarchie imposées par les titres d’Ingénieur ou Docteur - qui généralement n'acceptent pas de travailler au même niveau qu’une personne appartenant à la Génération Y - ne favorisant en rien l'activité économique de leurs entreprises.

La différence de pensée qui existe entre la Génération X, qui valorise les titres et diplômes, et la Génération Y, celle de l'ère du numérique, du collectif et de la créativité, pourrait, à mon avis, être renforcée par les entreprises si elles comprenaient comment tirer profit des différences entre celles-ci et de leur complémentarité.
Je reconnais que cela peut ne pas être facile pour un directeur d’une société portugaise de miser immédiatement sur un jeune pour occuper un poste important, que ce soit du fait de son côté juvénile, ou de son manque d'expérience avérée sur le marché du travail.
Cependant, c’est tout naturellement que je constate l'énorme succès de certains représentants de la Génération Y dans leurs « Maisons », marquant une étape décisive dans la progression de l'entreprise. 

Ce sont des représentants tels que Mafalda Vasques, de Herdade dos Grous, Ana Almeida, de Quinta do Noval, Ariana Ramalho, de Herdade do Menir, Joana de Freitas, de Casa Ermelinda de Freitas, Pedro Branco, de Quinta da Foz, João Roquette, de Quinta do Vallado, André Ribeirinho, de Adegga, Luis Patrão, de Herdade do Esporão, Francisco Sendas, de AEP ou Carlos Rapouso, de Niepoort, parmi tant d’autres, qui montrent que la conjecture actuelle représente une opportunité pour les entreprises portugaises de miser sur des jeunes qui ont quitté le Portugal afin d'acquérir un savoir-faire.

Je conclus cette thèse de Master OIV MSc avec la motivation et l’expectative de surmonter les défis présentés et décrits dans le « Challenge pour les vins portugais ».

« Chapitre Précédente Chapitre Suivant »